Accueil Mon journalde bord Le bureau, mon dressing de secours…

Le bureau, mon dressing de secours…

by Glose
Le bureau, mon dressing de secours…

une-mon-bureau-dressing

Au boulot, un caisson vide flânait seul comme une âme en peine à travers l’open space. Prise d’un élan d’affection et un brin empathique, je décida de l’adopter et de l’annexer à la table de mon bureau. Histoire qu’il se sente moins « abandonné » ni accusé de « colis suspect sur la moquette« , ni meurtri par les blagues sordides des développeurs web. Il ne restait plus qu’à lui trouver une utilité, un sens à sa vie d’objet. Généralement, la fonction d’un caisson est de pouvoir stocker, ranger ses feuilles de papier, formulaires de congés, doc, carnets, calendrier, agenda, accessoires de bureau, mouchoirs, stylos, dossiers, etc. Mais voilà, un beau matin, j’ouvre l’un des tiroirs et : « Ahhhh… ahahahahah… aaaa ! ». Des fringues. Plein. Et dans le dernier tiroir, mon col roulé noir. « Ahhhh… ahahahahah… aaaa !« . En boule contre lui, lui qui était tout juste plissé, j’étais à sa recherche depuis plus d’une semaine, mettant à sac tous les endroits où se nichaient des vêtements. Et il était, là tranquillou doudou, reposant tous les jours à mes côtés. Sans m’en rendre compte, le caisson s’était transformé en mini-dressing de bureau. Détournement de fonction…


Mais c’est quoi un mini-dressing de bureau ? Bonne question. J’ai requêté auprès de Google mon ami, mais il n’a rien trouvé. Ce qui ne veut pas dire que ça n’existe pas. En tout cas, il y a des chances que le mien soit le premier dans le genre. Prise au dépourvu, je ne savais que faire. Oh et puis zut. Cette reconversion est une belle opportunité car :

1/ Je n’ai plus 1 micro cm² de place chez moi. Vivre à Paris oblige…
2/ Je stocke des fringues parce que je voulais les fourguer à mes collègues mais ce n’est ni leur taille ni dans leurs goûts… qui sont tous dans la nature…
3/ Il m’arrive d’oublier dans les tiroirs du bureau les vêtements que j’ai portés les journées précédentes. Non je ne quitte pas encore le bureau topless. Mais je dois me changer. Soirées parisiennes oblige… et je ne vais pas me trimballer avec mes chemises…
4/ Je répartis le contenu de mon sac de sport (car il ne rentre pas dans le tiroir) pour éviter de le transporter en soirée. J’ai envie de faire rêver moi, pas de faire transpirer…

Bref, commode d’appoint, prolongement de mon dressing qui me permet de stocker les vêtements portés la journée, à la fin de la semaine, c’est plus un dressing c’est un panier à linge sale que je récupère !
Et vous ? Vous avez aussi ce genre de routine ? Y a quoi d'(in)avouable dans vos tiroirs de bureau ?

 

Bon, là j’ai un peu triché, j’ai rangé…
Et puis j’ai aussi du dissolvant « one second », du vernis à ongle pour réparer les dégâts, une crème hydratante qui fait tout, des tee-shirts de sport, un soutif et une robe en boule mélangés avec des couverts en plastique, des magazines et des sacs en plastique de supermarché. (que j’ai caché…)

bureau-mon-dressing-1

bureau-mon-dressing-3

bureau-mon-dressing-2

bureau-mon-dressing-4

bureau-mon-dressing-5

bureau-mon-dressing-6

bureau-mon-dressing-7

 

Partages
2 commentaires
0

Tu aimeras aussi...

2 commentaires

elis 6 décembre 2013 - 13 h 58 min

Dans le mien, il y a (dans
le désordre) : un vieux Nokia, des vitamines pour toutes les pathologies
possibles du buro ( de la phytotérapie en passant par les remèdes anti gueule
de bois), une boite de maquereaux, une boite de champignon à la grecque (j’ai horreur
de ça, j’attends la date de péremption), deux paires de chaussures, de la purée mousseline et le meilleur pour la fin … des pérruques (non je ne bosse ni chez Canal, ni dans la Pub)

Répondre
glose 6 décembre 2013 - 16 h 46 min

Ils sont sacrément gratinés tes tiroirs :/ 🙁 😀
Mention spéciale aux boites de maquereaux, champignon, purée mousseline et surtout les perruques !!! WTF ??!!!

Répondre

Laisser un commentaire