Accueil Dating Chéri, qui paye le resto ce soir ?

Chéri, qui paye le resto ce soir ?

by Glose
Chéri, qui paye le resto ce soir ?

Un homme, une femme… chabada-bada. Puis vient l’épreuve de l’addition… chabado.

Se retrouver pour la première fois au restaurant avec un homme devient une une sorte d’épreuve quand se pointe l’addition.
Le serveur vient de la déposer. Elle trône là, allongée sur sa soucoupe, attendant sagement d’être cueillie. Et chacun à son tour, jetons un œil suspect et discret sur le bout de papier. Se joue dès lors une battle de regards obliques sur la note…
La cérémonie commence. Une minute banale en soi mais embarrassante, grave, solennelle et décisive. L’attente est lourde.
Si vous ne voyez pas ce que je veux dire, c’est que vous êtes soit  : 

en couple
née après 1990
pleine aux as
féministe enragée
critique gastronome
candidate au « Bachelor »
 autiste
autre ?

 

Pour les autres, le cheminement en version intégrale de la pensée féminine ou la prise de tête de la parité :

« S’il paye l’addition, ça veut dire que je l’intéresse. Si je propose de partager, ça peut casser le moment ou dire clairement qu’il ne me plaît pas. Donc, pas cool. Mais au moins ça ne me fera pas passer pour une profiteuse. Alors, je propose le partage en tout bien tout honneur mais… il faut qu’il insiste pour payer. Il a intérêt même… tant que l’homme sera mieux payé que la femme à poste égal, le partage n’a pas lieu d’être quoi ! Non mais… Et moi je ne suis pas pour l’égalité mais pour l’équité… Et la galanterie dans tout ça  ?
Et s’il me fait le coup de la note de frais ? Ce serait vraiment un bouffon de la pire espèce… passer dans ses défraiements… pffff… Il n’a pas l’air de mettre la main au portefeuille. S’il fait rien dans les 3 minutes, je paye et « 
Ciao bye« , il n’aura pas assuré un kopeck le mec.
Mais est-ce que j’ai envie qu’il règle l’addition ? Après tout, il aurait pu se débrouiller pour qu’on ne se retrouve pas dans cette situation lourdingue et payer discretos… et…  est-ce que j’ai envie de revoir un mec qui est en train de chuter lamentablement sur la note finale ? Vaut peut être mieux partager. Comme ça on se doit rien…
Et si je réglais tout ? La honte. Je vais passer pour la castratrice de service et le froisser… le pôvre. Après tout, j’en ai rien à foutre…
Bon alors, tu payes ou quoi ?!
« .

 

Et dans la tête du mec, ça se passe comment question « remue-méninges » ? (dites-moi en commentaires…).

Alors la question flippante que tout le monde se pose : « Qui doit payer bon sang ? »
Lui, elle, les deux ?
Le sponsor de la soirée ?
 (papa, maman désespérés, vos amis solidaires, un ex-mari qui ne veut plus payer de pension alimentaire…)
Après avoir étudié la question en long en large et en travers, sous tous les angles, pris en compte notre héritage national concernant les privilèges issus de la galanterie, le savoir-vivre, la parité gagnée au prix de combats héroïques, examiné les différentes possibilités, traquer les moindres détails, les dessous et les recoins de la situation, le capital financier des protagonistes, lu tous les témoignages sur les forums et fait du micro-trottoir le week-end, il en résulte que :

Lors d’un food-dating issu soit d’une rencontre online soit d’une rencontre In Real Life :
C’est l’homme qui paye.
Point. Question réglée.
(s’applique aussi pour le verre au bar…)

ça évite le sot et inélégant « Comment on fait  ? » « Comment on s’organise ? » (Phrases à bannir…)
Non, c’est pas phallocrate.
Non, ça fait pas péripatéticienne.
J’œuvre  pour la paix des ménages.
Je vous explique.

 

Quelques règles…

Les féministes doivent bien garder cette règle en tête au risque de faire passer les autres nanas pour des opportunistes…
Les mecs, si ça vous donne de l’eczéma de payer un resto sans rien avoir en retour, demandez-vous ce qui ne va pas chez vous. Un resto, c’est loin d’être la fin du monde. Soit vous ne voulez pas vous investir, soit vous êtes un gros radin, soit vous avez 300 conquêtes par semaine. Et là, je vous comprends, ça commence à chiffrer. Mais bon, il faut avoir les moyens de ses ambitions…

a/ La bienséance voudrait que le protocole « alimentaire » débute bien avant l’entrée dans le restaurant. L’homme doit déjà proposer innocemment : « ça me ferait plaisir de t’inviter au resto…« .
1/ Il montre qu’il en a envie et 2/qu’il n’attend rien en retour, pas d’after dinner. C’est un geste gratuit et généreux. Un homme bien quoi. Pas de problème avec sa virilité ni avec l’argent.
Ainsi, vous laissez l’entière liberté à votre target de disposer et vous n’imposez rien. Si elle refuse, à vous de tirer les conclusions. Plutôt honnête pour les deux parties.
Parce que le principe de base est simple : la personne qui invite paye. Point.
Et si l’invitation n’a pas été prononcée clairement, mademoiselle fera au au moins semblant d’esquisser un geste vers son sac à main, histoire de montrer combien elle a été bien élevée. Et si mademoiselle propose de partager, damoiseau insistera car le % de femme qui veut vraiment payer est…  proche du niveau zéro. Et il sera ferme et rapide car s’il commences à  chercher sa gold comme dans les pubs de séduction pour boutonneux minables, mademoiselle va se sentir obliger d’insister. Et c’est l’enlisement assuré…

Le must : payer sans qu’elle s’en aperçoive. Là, on reconnaît la patte du gentleman, cette espèce en voie d’extinction.
Et non les mesdemoiselles n’aiment pas passer pour des filles entretenues. Et oui elles apprécient toutes que vous payez.

b/ Le choix du restaurant
Pour éviter le faux pas,  abandonner l’idée de l’inviter chez Apicius. 1/ Parce qu’en mettre plein la vue met mal à l’aise et 2/ pour que la demoiselle ne se sente pas redevable si vous mettez le paquet. Version beauf : zapper aussi Buffalo grill. Faites simple et authentique.

d/ En toute franchise : partager l’addition au premier rendez-vous est une preuve de mesquinerie. Zéro pointé. Diviser en 2, c’est déjà se diviser…
Mais les hommes ne nous ont pas encore épargné le pire en terme d’égalité : calculer précisément ce que chacun doit. Alors là… même s’il vous a séduit, décampez direct. Les comptes d’apothicaire n’augurent rien… mais alors rien de bon…

e/ Décortiquez bien la syntaxe pour découvrir le sens caché du langage :

« Ce soir, je t’invite au resto ! »
>>> Il paye.

« Ce soir, ça te dit qu’on se fasse/aille au resto ? »
>>> Partage (ou surprise, il paye mais vous pouvez aussi régler)

« Ce soir, on fête ton anniv/fête/diplôme au resto? »
>>>Il paye.

« Ce soir, y a rien à manger. ça te branche de manger un bout dehors ? »
>>> Partage (ou surprise, il paye mais vous pouvez aussi régler)

 

L’épreuve du resto est un reflet de ce qui nous attend, car « régler l’addition », au sens propre comme au figuré, on le sait tous, on finit toujours par payer dans un couple… 

 

Pour les homos, ça c’est une autre histoire…

 

Mais voilà…

J’ai un terrible problème sur la conscience depuis la lecture « psychanalytique » de l’acte où l’épreuve de l’addition est comparé à un acte sexuel.
Brandir sa CB serait similaire à une érection avec projection « éjaculatoire ». Et la femme se « fait mettre » en quelque sorte en acceptant de se faire inviter. C’est là que le bât blesse… plus très envie de me faire inviter en ayant en tête ce simulacre, ce rapport de force sexuel. Reconnaissons alors au jeu de la galanterie, son pouvoir de diversion, sa noblesse en dissimulant cet acte sous une règle de savoir-vivre, de le rendre ainsi acceptable en le passant pour « romantique » et respectueux.
Et Ilana Reiss-Schimmel, psychanalyste, se veut rassurante en faisant la différence entre les lois sociales et celles du désir : « L’égalité entre hommes et femmes n’a pas à s’exprimer à ce moment. D’un point de vue éthologique, on est dans la parade. Au niveau de l’inconscient, la femme attend de l’homme qu’il tienne le rôle de la mère nourricière et du père protecteur. C’est ainsi que la culture organise le désir entre les sexes. »  (psychologies.com)

Bon alors si les lois sociales sont à mettre de côté avec les métaphores à deux balles, je préfère m’en tenir à :

Mec, si tu règles pas la note, t’es un sacré blaireau…
Lire : La galanterie est le repos de l’amazone…

 

 

Partages
17 commentaires
0

Tu aimeras aussi...

17 commentaires

François Capdeville 5 mars 2013 - 9 h 46 min

le « je t’invite au restau » est déjà too much… »on se fait un restau »? et le moment venu, discrètement, le garçon fait mine d’aller aux toilettes, fait un crocher intelligent par la caisse du restau, demande l’addition et paye…
ou alors, lorsque l’addition arrive, continuer la conversation comme si de rien n’était et se saisir de l’addition en la rapprochant de soit… le geste suffit… non?

Répondre
Glose 5 mars 2013 - 10 h 21 min

Si le « je t’invite au restau » est un peu désuet, au moins il est clair 🙂
« On se fait un restau » est plus ambigu et la demoiselle sera tentée de se poser des questions…
Et oui, le « faux saut » aux toilettes est une très bonne tactique, mais très peu utilisée 🙂
Et puis y a un côté « magique » princier à voir que la note a été réglée sans qu’on s’en aperçoive.
Si le mec la prend rapidement sur la table, y aura toujours un petit moment de gêne .Après ça dépend des filles, c’est vrai…

Répondre
Kimiko 5 mars 2013 - 11 h 24 min

je préfère partager, sincèrement. Surtout pour un 1 er RdV. Comme ça je n’ai pas d’attente et je me concentrer sur la discussion. Après si il y a ad’autres RdV, alors on paiera à tour de rôle…

Répondre
Glose 5 mars 2013 - 12 h 42 min

Comme quoi… c’est pas simple !
En bout de course, sur la note finale, tu vas lui casser son coup au monsieur 😉
Tu lui dis clairement que c’est amical là :))

Répondre
Kimiko 5 mars 2013 - 15 h 34 min

Non juste, il faudra qu’il comprenne que ce n’est pas acquis!

Répondre
nanaparci 5 mars 2013 - 19 h 29 min

Si on fait moitié moitié au resto, dans ce cas je trouve que l’on devrait envoyer à ces messieurs la moitié de nos faux-frais pour la soirée… à savoir :

* nouvelle tenue (stillots compris… et oui c’est plus cher qu’une ballerine mais en même temps les mecs n’aiment pas les ballerines… et nous on sait surtout que l’on pue des pieds dedans donc c’est mort 😉 ,

* nouveaux dessous (au cas où même si non, on sait que ce serait mieux de ne pas blablabla…), esthéticienne (toujours au cas où…),

* maquillage (ne dis pas que c’est inutile c’est ce qu’il y a de moins cher !),

* coiffeur (au cas où on se serait rendu-compte au dernier moment que l’effet racine n’était pas si glam’),

* manucure (il parait que que ces messieurs préfèrent les demoiselles soignées non ?)

* etc

Ah bon ? finalement tu préfères tout payer au resto ? Un vrai gentleman ! :-)))))

Répondre
Glose 5 mars 2013 - 21 h 49 min

Excellent !!!! Merci pour ce complément d’infos qui vaut aussi son pesant d’or 😛

Répondre
F 5 mars 2013 - 22 h 14 min

Alors dans la tête d’un homme qu’est-ce qu’il se passe (dans la mienne au moins)? Déjà sur le principe, je paye l’addition (questions d’éducation et/ou de culture peut-être, qui peuvent paraitre rétrogrades aux yeux de certain(e)s, mais c’est comme ça).

Après, si la fille ne me plait pas, ben là je me dit qu’en payant l’addition, elle va peut-être croire le contraire. Si par pur hasard, la demoiselle est du genre entreprenante… comment refuser sans la vexer? Ou doit-on être « gentleman » jusqu’au bout? Personnellement, « je ne couche jamais le premier soir » et « je ne suis pas un garçon facile » ;p (et c’est vrai même si elle me plait^^) Bref on se débrouille après, mais pour en revenir au sujet: on paye l’addition!!!

Si la fille propose d’elle même le moite/moite (pas de mauvais esprit svp), même après avoir insisté lourdement pour s’acquitter de la douloureuse, mieux vaux battre en retraite: les raisons/excuses peuvent être multiples et variées, internet ne pourrait pas toutes les contenir et nous pauvres mâles, pas toutes les comprendre 🙂 Mais dans la mesure du possible: ON PAYE L’ADDITION XD

Donc dans l’absolu, je peux comprendre (mais pas excuser pour autant) le concept du moitié/moitié… surtout pour les aficionados des sites de rencontres; On fini par vouloir gérer sa vie sentimentale comme on gère un projet: à coup d’appels d’offres, de définition des besoins, avec planning de rencontres et gestion des coûts… triste

Répondre
Glose 6 mars 2013 - 10 h 28 min

@aa9b9e38ba931557f44387644a743578:disqus Merci pour ton témoignage ! J’aime beaucoup ta fin sur la gestion des coûts…
Triste mais réaliste.

Je me suis toujours dit qu’à partir du moment où on va au resto avec quelqu’un, la personne nous plaît un minimum déjà, non ?
Il faudrait voir dans l’acte de « payer », plus une marque de galanterie qu’un signal de désir. Au moins, ce serait plus clair pour tout le monde. Car si la fille demande à payer, ce n’est pas forcément une preuve de désintéressement, mais aussi possible qu’elle n’ait pas envie de passer pour une entretenue et revendique son indépendance.
Ahhaaha les conséquences de la parité sur le raisonnement des filles 🙂 ça embrouille tout le monde !

Répondre
"La galanterie est le repos de l'amazone" par Vincent Cespedes 27 août 2013 - 15 h 43 min

[…] p.62-63. Les hommes devraient le lire pour obtenir la réponse à cette question lancinante “Qui paie le resto lors d’un rv galant ?“  au lieu que je me prenne la tête à pondre un billet à ce sujet. Essai aussi adressé à […]

Répondre
Mia Miaw 18 octobre 2013 - 11 h 27 min

Gentleman or not!!!….question d’éducation…perso jamais eu ce prob…et mon fils est éduqué de cette manière..il invite toujours ses petites cheries…meme ami(e)..c est la régle!..ps il a 14 ans et je suis fière <3

Répondre
lionel 15 mai 2016 - 11 h 49 min

des femmes; qui dit qu’on pourrait leur envoyer à ces messieurs la moitié de (nos faux_frais de la soirée)
alors les hommes pourrait aussi envoyer aux filles et dames ;les frais des entrées de discothèque que les hommes et garçons paie presque tout les weekend;alors que c’est gratuit pour les filles et les dames…..les frais que les hommes et jeune hommes paie pour entrée des les clubs et sauna libertin;qui là aussi ;c’est gratuit pour les filles et dames;
et sans oublier les frais vestimentaire et les produit d’hygiène rasoirs;mousse à rasé et après rasage;et oui ces filles et dames se plaignent que la barbe sa pique;et oui tout ça c’est pas gratuit pour les hommes et garçons…………..

Répondre
Seb Deux Point Zéro 12 juin 2017 - 12 h 54 min

Bonjour à tous , on est en 2017, mesdames vous avez voulu la parité , donc c’est moitié moitié . A moins que la parité ne fonctionne que dans un sens ?… Soyons sérieux , ce n’est pas plus à l’homme de payer qu’à la femme 🙂 , à moins d’ être le bon pigeon .

Répondre
glose 17 juin 2017 - 12 h 30 min

On parle de séduction, l’envie de plaire 🙂
Et non de loi !

Répondre
Mike Jones 17 juin 2017 - 12 h 36 min

On a pas besoin d être un pigeon pour séduire 🙂

Répondre
glose 17 juin 2017 - 12 h 59 min

Il ne faut surtout pas être un pigeon ! 😀 Mais si pour toi régler une note c’est être un pigeon, c’est un point de vue très personnel 🙂

Répondre
Roro 7 mai 2019 - 13 h 50 min

L’écriture de cet article est plutôt bien tournée, assez directec et certains exemples intéressants mais alors la personne qui a écrit cet article est le genre de personnes à éviter messieurs!!! J’ai envie de dire pour qui se prend elle?!
Primo la parité homme femme au niveau du salaire n’existe pas?..Ah bon..Moi toutes les entreprises dans lesquelles j’ai travaillé mes collègues féminins avaient le même salaire que moi..certaines ayant même un peu plus d’avantages par leur sens de la négociation ou bien même malheureusement… par l’attrait qu’elle suscite du côté de la gente masculine..Je dis malheureusement car je me garde de tout machisme et de toute misogynie je suis anti machisme et je respecte trop les femmes pour être misogyne… une jolie femme est avant tout une employée comme un autre).
Ce que je note, c’est que les femmes lorsqu’elles sortent on souvent l’entrée en boîte qui est gratuite, la possibilité de s’habiller très tendance à comparaison avec un homme pour moins cher. Les sites de rencontre sont gratuits pour les femmes (cet exemple peut faire rire mais c’est la réalité de l’avantage de la femme sur l’homme lorsqu’il s’agit de mettre la main à la patte pour séduire..c’est l’homme qui dépense plus).
Ensuite concernant le restau, chaque fois que j’ai payé le restau au premier rendez vous la plupart du temps j’ai regretté. Et pas plus tard qu’il y a deux semaines. On s’est aperçu qu’on avait pas trop de feeling pendant le repas et elle n’a même pas daigné faire signe de sortir son porte feuille et évidement plus de nouvelles pas meme un merci pour le restau. Et j’ai vécu cette situation quasiment à chaque fois avec ce genre de filles Elle sait qu’on va pas se revoir autant essayer de manger à l’oeil plutôt que de payer la note avec ce bouffon pour reprendre les termes de mademoiselle la blogueuse….enfin ca ce sont les filles à éviter..et d’ailleurs en général elles n’ont pas une bonne situation elles veulent juste se faire entretenir.A ÉVITER les mecs..et si elles ont une bonne situation c’est encore pire ca veut dire qu’elles ne dépenseront que pour elles et que l’homme devra satisfaire leur moindre caprice de princesse pourrie gâtée.
Les filles qui sentent qu’elles ne sont pas intéressées au final peuvent proposer de partager comme ca elles ne sentent pas redevables de quoique ce soit.
Pour ma part, je me suis souvent fait payer le restau sans aucune gêne oui au premier rencard et la je savais que la fille n’était pas la que mon argent. Mais moi je suis pour le partage pur et simple de la note…
Quand je lis la phrase ‘si pour vous, payer l’addition vous emmerxxx c’est que vous avez un sérieux problème’, j’ai envie de dire payer entre 60 et 100€ de note boissons comprises ca peut piquer pour la personne qui a un revenu modeste oui:) surtout quand c’est pour une personne qu’on est pas sur de revoir. D’après la personne qui a écrit ce blog, payer l’addition est dérisoire pour le commun des mortel dans ce cas là je ne m’embête plus je laisse toutes les filles payer mes prochains restos vu que c’est dérisoire puisque moi j’assume le fait de dire non entre 60 et 100€ c’est pas dérisoire pour moi même si je gagne on va dire correctement ma vie.
Autre chose, dire que si on ne peut pas assurer le fait de payer l’addition parce qu’on voit 300 conquêtes dans la semaine??? Mais je souris doucement..avec Internet et les rencontres aujourd’hui, une fille claque des doigts et elle les a ses 300 invitations au restau…nous ca ne marche pas comme ca… et je me demande vraiment qui enchaîne le plus de rendez vous entre un homme et une femme lorsque le rendez vous précédent n’a pas été convainquant..j’ai ma petite idée sur la question la aussi après avoir discuté avec des amies filles..
Il y a bien sûr des situations, si la fille fait 300 km pour venir vous voir évidement vous payez, si c’est la fille de vos rêves celle qu’on ne croise qu’une fois dans sa vie effectivement je paye mais si c’est une fille pour qui on a une petite attirance mais dont on est sûr ni du feeling ni de ce qu’elle pense elle..ne payez pas..arrêtons d’être des pigeons…
Au moment où j’écris ce soir j’ai rendez vous avec une jolie brune en bord de plage…Dans un restau assez cher…hors de question que je paye toute l’addition…
Si elle tient a moi, si je lui plais elle ne s’arrêtera pas à ca..Si elle s’arrête au fait que j’ai voulu partager l’addition plutôt que de la payer en totalité c’est qu’elle n’en vaut pas le coup… et qu’elle n’est pas conquise…
Ces derniers temps j’ai croisé plus de filles qui voulaient payer l’addition ou partager plutôt que je paye tout..Les mentalités commencent à changer, les filles travaillent on un salaire comme celui des hommes du moins pour celles que je rencontre et voilà.
On est au premier rendez on se connaît peu et on ne se doit rien.

Répondre

Laisser un commentaire