Accueil » « J’aime pas les snobs… »

« J’aime pas les snobs… »

by Joy M

Une négation qui sonne comme une évidence. Mais au fond, qu’y a-t-il de mal à être snob ?

J’entends souvent que nous « parisiens » sommes des personnes snobs.
Être sophistiqué, sélect, distingué, apprêté, chic, précieux, un poil hautain, exigeant… un lot de qualificatifs qui n’a rien de négatif en somme, voire même caractéristiques d’une personne de bon goût. Ajoutez un zeste de mondanité à un bel esprit et vous obtenez une personne plutôt enviée par le commun des mortels. Adopter un air sauvagement prétentieux et supérieur, ça en jette sur les photos, non ? Mépriser la médiocrité cela se conçoit.  Renier son côté « monsieur-madame-tout-le-monde » n’est rien d’autre qu’une prise de position.
Mais à vrai dire, le vrai problème du parisien, ce n’est pas son snobisme…
C’est sa myopie…
Si.

Moi qui suis une vraie myope, si je ne reconnais pas les gens, j’ai des remarques du genre :
– Tu m’as snobé il y a deux jours chez Colette ?
– Ah parce que t’es venu me voir peut être ?
– Non, mais quand même, t’aurais pu me voir !
– Ah oui ! J’oubliais que tu rayonnais parmi la foule…

Bref quand 2 snobs se rencontrent, c’est festival…

Exemple du jeune journaliste web qui monte. Parce que ça écrit 3 lignes dans un canard en ligne avec plus de 16 millions de pages vues mensuelles, soudain, des problème de vue surviennent. Vous croisez en public cette personne que vous connaissez depuis 3 ans mais étrangement, elle vous évite. Et vous, vous restez coite, le bonjour pendu à vos lèvres, la bouche ouverte, la joue rosée par le courant d’air qui vous a giflé subtilement.
Si vous êtes seule avec la snob, RAS. Mais quand vous vous retrouvez à un séminaire avec des personnes d’une certaine renommée, elle est frappée de cécité épisodique, accrochée aux basques desdites personnes. Vous avez beau rester plantée en face d’elle, rien n’y fait. Alors qu’il y a deux jours, elle s’incrustait chez vous pour apéroter…

D’autres cumulent plusieurs handicaps : quand la surdité s’en mêle, c’est folklo. Vous posez une question, elle vous regarde dans le vague. Vous retentez. Des paroles s’échappent sans rapport avec votre question. Non seulement elle ne vous regarde pas, mais elle ne vous entend pas. La snob est une autiste sociale pour qui vous n’existez pas.

Rencontrer une nouvelle « myope », c’est l’aveuglement assuré.
Voilà donc qu’on me présente dans le café du concept store « Merci », une Parisienne créatrice de Bijoux en devenir, encensée par le magazine Elle et Vogue.fr, brassant sur les terres du Marais, avec l’allure qui va avec. Pas un bonjour, à peine un regard. Une  faille spatio-temporelle s’est s’immiscée lors des présentations.  5 minutes plus tard, assise en face d’elle, je lui signale ma présence à 30 cm à vol de cuillère. Mon amie réalisant le trou interstellaire qui s’est creusé, réitère les présentations en mettant l’accent sur les bijoux démentiels qu’elle crée. Mais rien, pas un sourire ni même un frémissement.
Moi qui m’attendais plutôt  à un regard genre effrayé à la vue d’une nouvelle inconnue assise en face d’elle, style ça, j’étais déçue :

Ou ça :

J’aurais fait ça :

Et il y aurait pu avoir une battle de myopes genre ça :

 

 

Mais il n’y a rien eu de tout cela. Et le rien du tout, a duré un après-midi entier…

Bref, j’aime pas les myopes…

 

—————-
Photos de Une prise sur : smallbusinessbranding.com/1082/are-you-a-twitter-snob/

Partages

Tu aimeras aussi...

Laisser un commentaire