Accueil ParisAdresses parisiennes à faire Attention pépite gastronomique : « Fulgurances » (Paris 11e)

Attention pépite gastronomique : « Fulgurances » (Paris 11e)

by Glose
Attention pépite gastronomique : « Fulgurances » (Paris 11e)

Le restaurant Fulgurances est avant tout un concept : celui de donner carte blanche à des seconds de cuisine pour une résidence de 6 mois. Une opportunité pour ces bras droits à l’ombre des grands chefs – qui n’ont pas autant de visibilité que leur boss – de faire découvrir leurs propres créations culinaires dans cette pépinière. 12 chefs ont fait leurs preuves en 4 ans chez Fulgurances.
Lors de ma venue, nous sommes tombés sur la cheffe Akané Monavon.

 

 

○ Fulgurances ○


Dans une déco brute dominée par des grandes tablées où l’on « co-dîne » à plusieurs sur une cuisine ouverte, l’atmosphère bon enfant et accueillante donnent l’impression d’être comme à la maison !
Nous prenons connaissance du menu « vide » qui nous présente surtout la cheffe puis nous sommes questionnés sur nos éventuelles allergies alimentaires. Une fois la messe dite, on ne s’occupe plus de rien, nous nous laissons emporter par les 7 plats à l’aveugle inspirés des voyages et du métissage franco-japonais de Akané.
Et ça commence fort avec une mise bouche présentée dans une assiette où la déco automnale prédomine : bois, mousse feuillage…, j’ai cru que c’était la déco de la table ! J’avais envie de repartir avec l’assiette et son contenu, c’est dire…
Je n’ai jamais vu une telle présentation pour une mise en bouche et je suis déjà sous le charme.
On enchaîne avec un ceviche de seiche qui me rappelle un plat plutôt estival par sa légèreté et son goût fruité. Mais la mandarine ne trompe pas, le fruit reste de saison. Le plat suivant tranche radicalement avec un caviar d’agneau enveloppé de l’algue Nori :  très salé et fort en bouche. Mais le goût change, il devient légèrement piquant. Ce deuxième plat plaît plus à mon compagnon en comparaison du premier. Puis vient les Saint-Jacques infusées à la betterave. Je n’aime pas les betteraves mais ça passe « crème » ! Les gyozas sont délicieux, c’est ce que je préfère. Puis vient l’Ochazuke, un plat simple japonais qui consiste à verser de l’eau chaude sur du riz. Ici, l’eau chaude est remplacée par une infusion de parmesan et le riz par de l’épautre.  En dessert, on apprécie fortement la double assiette : sorbet de glace au yaourt et choux au sésame. Ça devrait être un standard ça, la double assiette au dessert… #onshabituevite

 

○ Mon avis ○


Le seul bémol de Fulgurances : l’assiette de fromages. Pour onze euros supplémentaire, j’ai trouvé l’offre un peu faible (4 petits morceaux de fromage). Autant commencer par une coupe de champagne ou finir par un digestif.
Il est difficile de qualifier ces chefs en devenir de « sous-chef » vu la qualité du menu proposé. En cette fin d’année, Akané Monavon tient les rennes de la cuisine et ce fut une sacrée surprise. Pour dire vrai, je ne vois pas trop la différence avec un grand chef. Une insulte pour les grands j’imagine mais un compliment amplement mérité, du moins pour Akané Monavon.

Plus qu’un restaurant où dîner c’est une expérience gustative à découvrir les yeux fermés pour tout esprit ouvert.
Oui vous l’avez compris » Fulgurances » a un goût de « Reviens-y vite »… et donc une adresse que je recommande fortement. Un gros coup de cœur, oui.

 

 

 

○ Informations ○


Adresse :  Fulgurances, 10 Rue Alexandre Dumas, 75011 Paris
Horaires : lundi-mardi : 19h30-22h00. Mercredi au vendredi :  12h30-14h – 19h30-22h00
Prix : menu déjeuner (19€ -25€-28€) menu soir (60 €)
Site https://fulgurances.com/

 

 

Dans le bar « Fulgurances » sur le trottoir d’en face, on peut prendre un verre en attendant. On peut aussi y manger des tapas gastronomiques pour accompagner un vin…
Restaurant Fulgurances


Le menu..

Fromage de chèvre, tuiles de cèpes et chips de topinambour

Ceviche de seiche, mandarine chips de riz grillé

Caviar d’agneau, Algue Nori…

Saint-Jacques infusées à la betterave, pomme

Gyoza de bœuf braise, cresson

 

Ochazuké, infusion de parmesan, Shitaké (champginon), épeautre

On te sert du merlu sur de la purée de céleri si tu n’aimes pas les champignons. C’est cool, ça te fait un plat supplémentaire à goûter chez ton voisin 😛

Une carte des vins essentiellement naturel et issus de petits producteurs

Glace au yaourt, purée de coing, crumble

Choux au sésame

 

Digestifs… 

Partages

Tu aimeras aussi...

Laisser un commentaire