Accueil Blogging Comment contacter un blogueur ? Ou la notion de service…

Comment contacter un blogueur ? Ou la notion de service…

by Glose
Comment contacter un blogueur ? Ou la notion de service…

Non mais HELLO quoi !

hello

 

Conversation dans un café du 9e arr. à Paris, lors d’une rencontre entre auto-entrepreneurs.
Une jeune créatrice me pose une question en aparté :

– Pourquoi les blogueuses ne prennent pas la peine de me répondre quand je leur envoie un mail ?
Je lui suggère plusieurs hypothèses :
1/- Soit elles sont trop sollicitées et donc débordées.
2/- Soit elles ne traitent aucun dossier de presse.
3/- Soit le mail est trop formel, non personnalisé et envoyé à tout un listing comme si on envoyait une bouteille à la mer. Perso, quand on commence par rédiger 1 ou 2 lignes de compliments sur Glose.fr ou les raisons pour lesquelles on s’adresse tout particulièrement à moi, j’y suis plus sensible donc je réponds. Un effort en appelle un autre…
4/- Soit le produit ne les intéresse pas ou ne correspond pas à leur ligne éditoriale.

Elle me rétorque :
– Je crois plutôt que c’est pour tout autre chose…
– Ah oui quoi donc ?
– Parce que je n’ai rien à leur offrir.
– Euh… ben elles te répondent alors ?
– Une, oui. Elle m’avait répondu qu’en échange d’un billet, je devais lui offrir une des pièces de ma collection. J’en ai déduit que c’est parce que je ne leur proposais rien, que mes demandes restaient lettres mortes. Hors ma création la moins chère coûte 100 euros. Je peux le faire 1 ou deux fois mais pas pour toutes les blogueuses…

En mon for intérieur : « Si tu connais la réponse pourquoi tu me poses la question ? ».
J’étais un peu désemparée.

Dépité

D’autant plus que sur le net, fleurissent les recommandations des blogueurs et autres Best pratices pour s’adresser à eux.
En fait, lorsqu’on a une blogueuse en face de vous, on s’imagine qu’elle représente toute la blogosphère et ses travers alors on lui confie ses griefs en espérant avoir à la fois : le fin mot de l’histoire, une explication censée, un exutoire pour se décharger de-tout-le-bien-que-l-on-pense. C’est complètement humain. Seulement, je ne suis pas l’avocat du diable et je répands encore moins la parole d’évangile. Il existe autant de types de blogueuses que d’âmes qui vivent. Des personnes différentes. Qui ne répondent pas à un comportement stéréotypé. On fait souvent passer la blogueuse pour une fille intéressée par les cadeaux. Alors que :
1/ Ce n’est pas la réalité. Je ne réclame rien et je ne suis pas la seule.
2/ S’il est offert, avec tout le travail investi, c’est mérité
3/ Mais qui parmi vous n’aime pas les cadeaux ???!!!

De plus, les profiteurs ne sont pas toujours qui l’on croit. Je m’explique…
Lorsqu’une marque vous demande sur un ton un peu péremptoire ou du style «Je suis ton boss», de lui écrire un papier ou un « Merci d’en parler sur votre site » à la fin de la présentation formelle du produit ou «On a besoin d’un coup de pouce , merci de faire suivre» ou « Pouvez-vous me rendre un service ? »
Euh… comment te dire ? Tu es chez moi, sur mon espace perso où je fais ce dont j’ai envie et tu me demandes de te rendre service, là comme ça ? Tu ne personnalises pas ta demande, alors que tu travailles dans la com’, non ? Trouver les bons mots, en quelque sorte, c’est ton taf, ton cœur de métier, ton art, non ? Ne pas demander de te rendre service mais de démontrer en quoi ton produit est susceptible de capter mon attention, ne serait-ce pas plus approprié ? Tu me demandes comme service de prendre ma soirée voire mon week-end pour m’informer sur ta marque, parler de ton produit ? Afin d’améliorer ton SEO et te faire de la pub gratos ?
Une toute jeune blogueuse est tellement fière que des marques s’adressent à elle qu’elle accepte volontiers sans exiger le moindre kopeck. Et les marques en profitent. J’ai l’exemple de cette big agence de communication qui te demande de tester un produit – sans préciser qu’il faudra le rendre à la fin du test – et de faire des photos, d’écrire un texte, bref quasi un brief. Et elle va profiter de 8h de travail sans rien débourser (entre les photos, l’editing, la retouche, l’idée de mise en forme du papier, l’écriture, communiquer sur le produit, relayer sur les réseaux, etc. ). C’est limite de l’esclavagisme, non ? Pub et travail gratuit sur le dos des blogueurs…
Et une fois le billet publié, certains ne prennent même pas la peine de te dire « merci ». #Narmol
D’autres te soumettent des corrections après la sortie du billet ou te demande des chiffres. #Narmolbis
Alors passer du temps à tenir un blog parce que c’est son « bébé », faire partager ses découvertes sans rien exiger, oui c’est normal mais écrire non plus pour soi mais parce que les marques te le demandent en échange de rien. Non, désolée, c’est beaucoup moins normal.

Rendre service par définition implique une notion de gratuité.
Enfin pas tellement…
D’une vous savez que rendre service entre particuliers se paye ? Lorsqu’une personne a besoin des compétences d’une autre ou d’aide par manque de temps pour accomplir une tâche ? Ça s’appelle le jobbing et le site jemepropose par exemple est une plate-forme en ligne qui met en relation ces particuliers. Aide informatique, ménage, photos, art, petits travaux, déco, leur prestation sont rémunérées. Cliquez ici pour voir s’il n’y a pas un blog pour relayer votre produit… #jeplaisante
Bref, tout travail mérite salaire comme dirait la formule populaire.
Et puis on ne rend pas service à n’importe qui. A un ami par exemple. Et comme l’amitié implique réciprocité – certes, la compensation n’est pas immédiate- l’ami sait tôt ou tard qu’il rendra l’appareil au moment opportun. C’est un principe d’équilibre.
D’ailleurs, sémantiquement parlant, on utilise le mot « rendre » et non « donner ». Ce qui n’est pas un hasard car il n est pas question de don ni d’un geste à sens unique.
Alors pourquoi un blogueur devrait vous rendre service ? D’autant plus que pour vous il implique une notion de gratuité et de profit. Pourquoi hein ?

Une amie avait posé récemment cette question sur un statut Facebook : « Beaucoup trop de marques pensent que travailler avec des blogs c’est « gratuit » et franchement c’est gonflant non ?  »
J’ai répondu que lorsque j’avais envie de parler d’un produit ou d‘une marque pour laquelle j’ai eu un coup de cœur, je ne réclamais rien. Quand on vient me chercher et que le produit m’intéresse évidemment, je ne suis pas contre. Et je demande toujours rien. En revanche, si la marque m’offre un de leur produit en guise de remerciement je le prends comme une marque politesse ou de satisfaction. Je leur ai fait plaisir, il me rend l’appareil. Le principe de base d’une relation humaine saine. Accepter un cadeau ne signifie pas qu’on est un vendu contrairement à ce que j’ai pu lire ou entendre. Il faut sérieusement décomplexer là-dessus.
Alors attention : on ne crée pas un blog pour recevoir des cadeaux. C’est soit penser complètement à l’envers soit c’est une réflexion provenant de personnes jalouses. Qu’elles prennent plus de 20h par semaine sur un blog en dehors des heures de bureau et on en reparlera…

Sinon, il n’y a pas que les marques, agences et créateurs qui contactent les blogueurs. Il existe d’autres demandes qui resteront – hélas – sans réponse ; ) : lire : ami lecteur, courrier du cœur

Partages

Tu aimeras aussi...

12 commentaires

Nomaya 19 octobre 2013 - 12 h 29 min

Alors tout à fait d’accord et il ne faut surtout pas généraliser, j’ai fait appel très récemment à tout plein de bloggeurs pour ma boutique, comme mon métier de base n’a rien à voir avec internet et la communication, je me suis adressée à eux avec des mots très simples et aussi en me présentant autrement, plus personnellement. Alors oui j’ai eu des réponses très froides, et des demandes de rémunérations mais ce n’est qu’une toute petite partie les autres ont répondus présents, et pourtant ne connaissaient pas ma boutique ni mon blog.
Et justement via mon blog je reçois aussi des demande et me retrouve de l’autre côté parfois, j’essaye alors d’être humaine mais toujours en restant libre….

Répondre
glose 19 octobre 2013 - 21 h 03 min

C’est parfait c’est la bonne démarche de se présenter avec ses propres mots en humanisant une quelconque demande 🙂
J’aime le côté cool et convivial de la blogosphère. Pour le côté froid et neutre, j’ai les demandes au bureau, ça me suffit 🙂
On réagit tous différemment, de manière sympa ou non. Donc rien de nouveau sous le soleil !
« Rester libre », c’est ce qui est pour moi le plus important 🙂

Répondre
fraboulous 19 octobre 2013 - 13 h 03 min

« il me rende l’appareil »
Aïe….

Bon article au demeurant.

Répondre
glose 19 octobre 2013 - 20 h 39 min

Merci ! Corrigé !

Répondre
Xaaaav 19 octobre 2013 - 13 h 07 min

Ici, on reçoit chaque semaine des demandes de blogueuses qui veulent un ‘partenariat ». Elles affichent le deal Envoi d’article contre un papier / concours. Certains de ces blogs ne sont composés QUE de ‘test’ de ce genre. D’autres alternent des articles plus personnels, plus travaillés avec des partenariats. Je choisi ceux-ci de manière générale.

Répondre
glose 19 octobre 2013 - 20 h 53 min

Il ne me viendrait pas à l’esprit de faire cette démarche.
Et quand un produit me tente, comme tout le monde je vais l’acheter. Et non dans l’optique d’en faire un article. C’est le cas si je trouve que le produit a un potentiel ou au contraire c’est une arnaque. Mais bon, je n’ai pas un blog de tests. Glose est plus le journal de bord d’une parisienne sous forme d’un blog lifestyle.
Je ne pense pas être en mesure de juger ces pratiques. Mais si des marques sont ok et que leurs lecteurs suivent, bon ben tout va bien ! Chacun son truc 🙂

Répondre
Tia Tête de Veau 19 octobre 2013 - 20 h 52 min

Très bon article ! Il est clairement facile de généraliser, ce qui est une grave erreur. De plus, si la plupart des gens savaient à quel point un blog peut être chronophage, il n’y aurait pas de « tabou » à propos des cadeaux/rémunérations faits aux blogueurs.

Répondre
glose 19 octobre 2013 - 20 h 56 min

Merci 😀
C’est clair ! Vu le temps que j’y passe, mon blog n’est pas du tout rentable. C’est presque une hérésie de le maintenir. Seule la passion fait tenir…

Répondre
lucile reynard 21 octobre 2013 - 13 h 16 min

L’amie en question arrive 😉 Oui quand c’est des grosses marques et grosses boites et qu’elles te proposent des soi-disant partenariats sans rien en échange pour toi mais des tas d’exigences c’est tout à fait gonflant ! Cela dit de mon côté quand des artistes ou jeunes designers s’adressent à moi je considère tout autrement leurs missives… parce que c’est la vocation de mon blog de découvrir des nouveaux artistes et pas de faire de la pub pour des grandes marques ^^ C’est pourquoi si une grande marque vient me solliciter je serai pas forcément très accueillante car ce n’est pas une priorité pour moi de parler d’elle…
Cela dit comme tu le sais je bosse parfois pour des « petites marques » et je me retrouve en effet face à de grandes difficultés quand je souhaite faire parler d’elles sans offrir quelque chose en échange… particulièrement quand il s’agit de mode…. et oui car en face il y a de grandes marques qui paient grassement les blogueuses en argent et en vêtement et moi avec ma petite marque je ne fais pas le poids et même si elle est infiniment plus intéressante qu’une grande marque j’ai très très peu de chances pour que ma petite marque soit citée sur un gros blog habitué à être rémunéré… donc voilà il faut quand même faire deux poids deux mesures et se rendre compte que bp de blogs sont quand même tellement habitués à être payés pour tout et rien qu’ils ne font quasiment plus rien gratuitement… et quand t’as pas le budget pour payer ? Et ben c’est galère … même en tant que pro de la com et des RP bloggers ; alors pour une petite nana qui débarque j’imagine même pas !

Répondre
glose 22 octobre 2013 - 11 h 27 min

Excellent complément ! Tout est dit !

Répondre
Elis 23 octobre 2013 - 11 h 40 min

Je voudrais apporter un point de vue de lecteur et non de blogueur … Les Blogs apportent cette différence aux magazines de la sphère Lagardère ou Mondadori qu’ils ont cette insolente liberté de ton et d’action. Le blogueur-prescripteur a vu sa côte de popularité grimper lorsque le lecteur à compris qui n’avait pas le bras tordu par l’annonceur.
Que deviendront nos chers blogueurs dans quelques années? Certains auront fait fortunes certes, mais en revendant leurs âmes au diable. Une partie des lecteurs viendra très certainement à regretter l’époque les blogs libre et l’on se re-mettra à consommer du publi-reportage … en attendant la naissance d’un nouveau format alternatif. Glose, on aime ta liberté de ton, ton style incisif et la justesse et ton œil décalé sur les tendances lifestyle, continue comme ça !

Répondre
glose 3 novembre 2013 - 19 h 21 min

Quelle analyse finement bien écrite 🙂
Mais je pense qu’il y aura toujours des blogs libres : ceux qui n’acceptent rien et ceux qui débutent. Ce sont les plus installés qui s’embourgeoisent j’imagine…
Il me reste encore quelques années avant d’être sénior 😛
Merci merci ! J’essaye d’être au plus juste…

Répondre

Laisser un commentaire