Accueil » Le « nouveau » Comptoir Général devient un comptoir de la mer (Paris 10e)

Le « nouveau » Comptoir Général devient un comptoir de la mer (Paris 10e)

by Glose

Le Comptoir Général est un lieu immense aux multiples espaces, décontracté et festif. À la fois bar, restaurant, épicerie et bientôt galerie d’art, situé dans le quartier des bobos branchés, sur les berges du canal Saint-Martin.
L’établissement continue de nous faire voyager dans des contrées exotiques, avec en prime quelques nouveautés: son entrée principale s’est déplacée et il nous fait l’insolence de s’agrandir encore.

 

 

○ Le Comptoir Général s’est agrandi ○


Fini le passage par le petit chemin à l’extérieur planqué derrière un grand portail. Désormais, l’entrée est à une vingtaine de mètres plus loin, dans une épicerie. Presque digne d’un speakeasy. Quand on connait le Comptoir Général, c’est assez surprenant d’atterrir dans cette boutique alimentaire au style épuré et troglodyte. On s’interroge : « Comment peut-on planquer un établissement aussi colossal ? Quel est ce tour de passe-passe ? » Puis on pose la question :
« – Euh… on cherche le Comptoir Général…
–  C’est bien ici, bienvenue ! Après le contrôle du pass, vous tournez à gauche et traversez le long couloir…

Le ton est donné : les alcôves de pierre abritent un choix conséquent d’alcools fins où le rhum règne en maître, puis des boîtes de sardines et divers produits de la mer raffinés protégés par un filet de pêche ornent le premier mur après l’angle avant de faire place à un espace abritant des maquettes de bateaux. On finit par arriver dans la file d’attente débouchant sur un 2e accueil où une hôtesse habillée d’une marinière nous propose un vestiaire et nous place. Il est facile de repérer les employés du Comptoir Général : ils sont tous habillés d’une marinière. Un imprimé qui donne envie de prendre le large…
C’est ce que nous propose ce lieu multiple en nous invitant au dépaysement et à la déconnexion grâce à une déco audacieuse inspirée de l’époque coloniale, de la forêt tropicale, le tout arrosé d’une pincée de chill-out parisien….  Quand on ne connaît pas le lieu, la découverte de cet univers singulier après la traversée d’une épicerie et d’un couloir feutré est une véritable surprise.

 

 

○ Un restaurant de la mer ○


Quand on goûte déjà quotidiennement à l’humidité d’un automne parisien, il est particulièrement plaisant de franchir la salle éclairée d’une lumière tamisée et chaude, colonisée de hautes plantes exotiques. Un saxophoniste déambule, imprégnant l’ambiance de notes suaves et feutrées qui invitent à ralentir, se poser. Pour une déconnexion sous les tropiques sans décalage horaire, c’est gagné !
Côté assiettes, on est ravi par le dressage des plats froids qui réchauffent l’appétit ! Le service dans des gamelles affiche un décalage amusant et assumé par rapport à la finesse de la cuisine. La texture du saumon Gravlax est à la fois tendre est ferme comme un bon matelas ! Moins nourrissant, mais plus surprenant encore, le Carpaccio de Saint-Jacques et poulpe est remarquable par son assaisonnement, sa légèreté et sa délicatesse. J’en aurais bien repris une seconde assiette ! En plats chauds, on nous a recommandé les deux spécialités qui se retrouvent souvent en rupture de stock en fin de soirée : les quenelles de poisson d’eau douce et la poêlée d’orecchiettes. Les deux sont évidemment bons mais le second a ma préférence. Il ravira les amateurs de sucré-salé. Le mariage surprenant de ces pâtes aux encornets et de leur sauce aigre-douce à l’ananas s’avère parfaitement équilibré. Un vrai délice.
Côté dessert, j’aurais aimé plus de créativité. Seul le baba au rhum m’a fait de l’œil. Une évidence. D’autant plus quand on sait que la maison propose une cinquantaine de références en rhum parmi les meilleures distilleries du monde. La concurrence était déloyale face à une salade de fruits exotiques, un riz au lait et une crème au chocolat. Vous pouvez aussi commander une assiette de trio de fromages.

 

 

Le Comptoir Général a grandi et ce n’est pas fini. Une galerie, une boutique souvenirs et une collection d’antiquités, curiosités et œuvres de taxidermie ouvriront bientôt leurs portes dans de nouveaux espaces. Les années passent, et le Comptoir Général, inspiré par le « voyage rétro », reste toujours un lieu insolite, remarquable et indémodable. Bref, vous avez envie de faire une pause avec l’hiver, d’échapper à votre quotidien parisien ? Direction le Comptoir pour trouver un peu d’exotisme et de chaleur !

 

 

○ Informations ○


Adresse : Le Comptoir général, 84 Quai de Jemmapes, 75010 Paris
Horaires : Fermé les lundis et mardis.
Du mercredi au jeudi 12h00–00h00, vendredi, 12h00-01h00, samedi 11h00-01h00, dimanche 11h-00h00
Brunch les samedis et dimanches de 11h30 à 14h30, ateliers enfants
Site web : Comptoir Général

 

Le Comptoir Général, Paris

Désormais voici la nouvelle entrée du Comptoir Général : une épicerie.  Cette nouvelle annexe permet de prolonger l’expérience en emportant des produits qui font écho aux assiettes du Chef

Le Comptoir Général, Paris

Parmi les incontournables, les rillettes de sardines, le saumon gravlax mariné, etc. Et de nombreuses références de rhum pour arroser le voyage

Le Comptoir Général, Paris

 

Le Comptoir Général, Paris

Un lobby d’hôtel figé dans les années 70 a été spécialement aménagé: moquette épaisse, sofa et magazines, on y téléphone, déambule, et on y demande des informations à la réception.

Le Comptoir Général, Paris, cocktail rhum gingembre

Rhum Gingembre, Rhum Saint James Royal Ambré, jus Caraïbos gingembre, sirop de vanille, jus de citron vert frais – 10€ 

Les assiettes de Thomas Hué

Saumon mariné «Gravlax», patate douce au miel, 12€

Carpaccio de St Jacques et poulpe, salicorne et combava, 14€

Poêlée d’orecchiettes, encornets, poulpes, girolles, sauce aigre douce à l’ananas, 19€

Quenelles de poisson d’eau douce, crème de crevette à la citronnelle, gratin de pommes de terres, 18€

Baba au rhum, chantilly à la vanille de Madagascar, 8€

La chantilly est un délice d’initié

A côté de la proue du bateau pirate, les huîtres se dégustent sur des tables et chaises d’un petit port où résonne le chant des oiseaux exotiques. Dès 22h, la musique prend un virage plus zouk, house, et tubes pop

Sur la mezzanine. J’adore le son de l’eau de cette petite cascade.

Sur les murs : une collection unique d’accessoires de pêche, de cannes artisanales, d’épuisettes fatiguées, et de boîtes à mouches prêtées par l’un des plus grands clubs de pêche, hommage poétique aux mondes aquatiques. 

Nous sommes dans l’ancien hall d’accueil d’un élégant hôtel investi par les membres du Big Game Fishing Club France.

Partages

Tu aimeras aussi...

Laisser un commentaire