Home Style On n’a pas toutes un dressing de folaïe…

On n’a pas toutes un dressing de folaïe…

written by Glose 19 mars 2017
robe-noire-maje-14

Je m’habille souvent avec les mêmes vêtements.
Monostyle, j’ai des outfits proches de personnages de BD : « Boule & Bill », « Lucky Luke », « Spirou« , « Rantanplan« , etc.
Tout comme moi, ils n’ont pas des dressing de PSYCHOPATHE…

○ Dressing ○


J’aimerais avoir plus de « fringues-alliées ». Mais on a pas toute hérité d’un portefeuille à la « Rothschild ».
Qui n’est jamais tombé sur mon skort noir en photo et surtout mes talons en vinyl noirs que je porte avec toutes mes robes ? J’imagine dans vos têtes : « Elle n’a vraiment pas grand chose à se mettre, celle-là. Blogueuse cheap, que l’Armée du Salut de la blogosphère lui refile une 2e paire de talons bon sang de bonsoir… ».
Mais voilà, ils me collent à la peau ces deux-là, ils sont l’étendard de ma personnalité. Ce qu’on appelle modestement un « style » ou une « signature », dixit Iris Apfel. Enfin c’est ce qu’on dit pour justifier une armoire pas très folichonne… ou un poil dans la main (fatiguant de varier les tenues aussi...)

Mais je suis ascendant girouette et je voudrais présenter plus de looks. J’envie certaines blogueuses aux armoires sorties tout droit du casting de « Sex and the city« , bavant sur le dernier it-bag porté par untel, des talons vertigineux sur une autre, un manteau de ouf sur une 3e, etc.
Depuis fin décembre, je suis en plus en mode quasi zéro achat pour économiser le max dans le cadre de mon prochain voyage qui me coûte trois bras. À mon âge, fin de trentaine, je privilégie plus les voyages que les apparats et surtout j’ai acheté un appartement. On ne dépense plus comme avant quand t’es solo-primo-accédant. Mais en réfléchissant 3 secondes, début de trentaine c’était pareil. C’est à 20 ans, avec 10 kg de moins et l’envie de toujours porter une fringue neuve à chaque sortie en club que je dépensais bien 300-400-500 euros par mois de fringues. Une nouvelle soirée = une nouvelle tenue (attitude que j’avais adoptée depuis que j’avais lu enfant que Stéphanie de Monaco ne portait jamais deux fois la même robe. Maintenant à presque 40 ans, avouons-le, j’étais débile profonde.). Et quand t’es bien foutue, avouons-le, on est quand même plus coquette…
On est sans doute aussi plus nombreuses à avoir quelques tenues fétiches et quelques extras plutôt que 3 boutiques multi-marques en guise de dressing nichées dans son cagibi d’appartement…

 

○ L’éternelle robe noire… ○


Comme cette robe noire « Maje »… achetée en soldes qui met particulièrement en valeur mes atouts et cache mes complexes, même si elle  a eu l’insolence de rétrécir lors d’un lavage à main. (non j’ai pas pris un nanogramme…).
Et puis pour casser mon côté « Lucky Luke » du Far West, je l’accessoirise avec un col amovible, le col de la créatrice Andrée Sorant.

Ouf, sauvée par la magie de l’accessoire, j’obtiens une tenue inédite, que vous n’avez jamais vue… #laccessoireesttonami

robe-noire-maje-03

robe-noire-maje-04

robe-noire-maje-07

Le col André Sorant

robe-noire-01

( Ps : j’ai trouvé ces escarpins bleues cachées au fin fond d’une boîte, une vieillerie héritée de mon époque de vingtenaire…)

robe-noire-maje-08

robe-noire-maje-02robe-noire-maje-05 robe-noire-maje-12

————-
Photos prises à l’hôtel Monge
Par Vasco Gilar Galhos

 

Partages

Tu aimeras aussi...