Accueil J'ai testé Mes 10 conseils pour se lancer dans un vide-grenier

Mes 10 conseils pour se lancer dans un vide-grenier

by Glose
Mes 10 conseils pour se lancer dans un vide-grenier

J’ai pas gagné assez pour régler mes travaux mais de quoi payer un bon resto 😀

 

○ Mon tout premier vide-grenier parisien à Gambetta○


Résumé en un mot : É. P. U. I .S. A. N. T

Après une longue semaine de travail, lever à 5h du mat’, pour commencer dès 6h à charger le camion, puis à décharger en surveillant les « pros » qui sont à l’assaut de vos cartons. Ces « vautours » les scrutent avec leurs lampes de poche voire les fouillent sans gêne. Vous êtes à peine arrivé que ces gens demandent ce que vous avez : « vinyles, bijoux, portables ? »
Le vide-grenier commence à 8h mais deux heures avant, ils déboulent les chacals. Seule dans la nuit à installer pendant que vos amis sont partis chargés une deuxième fois la camionnette, pas évident de les tenir à l’écart.
– Repassez dans une heure ! leur disais-je
C’était une sensation assez étrange, presque flippante d’être entourée de ces gens autour de soi avec leurs lampes de poche prêts à fondre sur vos affaires. Même s’ils étaient à vendre, ça reste encore mes affaires !Bon. Ce dimanche, nous n’avons pas bénéficié d’une belle météo, il a plu et faisait pas beau, ça a sans doute diminué le chiffre d’affaire…
Mamie assise qui ne quitte pas son plaid…

○ Mes conseils ○


1/ Faire de la monnaie toute la semaine : retirer une somme d’argent au distributeur et payer tout en monnaie : baguettes, courses, clopes, etc. Je suis arrivée avec une tonne de pièces de 1 et 2 euros et billets de 5 €. J’étais bien armée contre le manque de monnaie !

2/ Prévoir des sacs en papiers, plastiques ou tote-bag à donner pour les acheteurs.

3/ Venir très tôt pour avoir le temps de s’installer et éviter de décharger en double-file qui est une vraie galère. Mais aussi pour garer la voiture en face de son stand (autant prendre du coup 6 m² linéaire et se le partager).

4/ Il vaut mieux être à plusieurs (+ de 2)  afin de partager un stand pour des questions de logistique : quand tu veux aller faire pipi, acheter à manger, gérer la horde de gens qui arrivent en même temps, etc. Toujours plus sympa aussi quand tu dois rester debout plus de 10 heures d’avoir de la compagnie…

5/ Ne pas oublier du papier (coloré si possible) et un marqueur si vous voulez afficher des prix attractifs ou avoir un panier spécial objets 1 euro ou 50 centimes. Ça attire toujours le chaland

6/ Penser aux présentoirs et autres objets pour mettre en valeur vos objets : tables tréteaux, casiers de rangement, etc. Ne jamais oublier de prendre un miroir en pied si on vend des fringues. Sans oublier un portant bien sûr.

7/ Si possible, avoir un utilitaire pour se protéger de la pluie ou faire des essayages de fringues.

8/ Vaut mieux acheter en déco des objets et mobiliers de seconde main de designer (chez Selency par exemple) qui se revendront sur internet sans trop se déprécier plutôt que des objets chez les déco low cost : impossible de le refourguer quand vous n’en voulez plus. Sinon, donner…

9/ Mettre à l’écart et bien en vue au moment de remballer en fin de journée : une « poubelle ». Des gens attendent pour se servir. C’est toujours ça de moins à transporter à la poubelle, ça aide des gens, c’est écolo si ces affaires servent à d’autres sans passer à la case déchetterie. J’apprécie ceux qui demandent comme ce père de famille avec sa fille plutôt que les rapaces qui viennent en loosdé se servir. Du coup, tu as même envie de donner des sacs au papa pour qu’il transporte son précieux butin…

And the last but not least :
10/ Il faut venir dans l’idée de se débarrasser et non de se faire du blé !
(mettez-vous bien ça dans le crâne)

○ Ce que je retiens de mon premier vide-grenier ○


> Les gens viennent pour faire des bonnes affaires, voire obtenir quasi gratos le produit : il chipote pour 20 centimes. Leur budget tourne autour de 5 euros pour ce qui petite déco, cuisine, fringues.
Si vous avez des produits de belle qualité et que vous ne vouliez pas trop vendre à perte, mieux vaut cibler un vide-grenier spécialisé ou situé dans les beaux quartiers. Il faut savoir cibler son public…

> La multiplication des vide-grenier et vide-dressing font que les acheteurs sont de plus en plus exigeants. Encore une fois, ça ne donne plus envie d’acheter n’importe quoi. Quand je pense à mes 20 ans où mon plaisir trouvait son salut dans l’accumulation. Aujourd’hui je tends plus vers le minimalisme

> Tout comme mon premier vide-dressing, le vide-grenier fait vite réaliser la valeur de l’argent.

> Un très beau ou bon produit d’occasion neuf ou pas abîmé se vend mieux dans un dépôt-vente ou boutique vintage quand dans un vide-grenier. J’ai eu la réflexion venant d’une dame que ma robe Paul & Joe qui vaut plus de 250 euros, mis en vente entre 40 et 50 euros était hors de prix. Pareil pour un article neuf à 180 € mis à 40 €. Les gens le reposaient direct en faisant la grimace.
En revanche, elle serait à ce prix dans un dépôt de vente, la personne aurait l’achetée sans problème. Voilà ce qu’on m’a dit. Si elle la voulait vraiment j’aurais pu baisser alors qu’en boutique on ne marchande pas. En gros, la valeur du produit se déprécie si on le vends sur le trottoir. Est-ce pareil pour les prostituées ?

 

Effectivement, dans un dépôt-vente, la blogueuse vend ces pièces entre 15 et 440 €, avec une moyenne de 121 euros. Rien à voir avec les prix d’un vide-grenier. Mais il faut savoir que vous partagez environ 50/50.


> Toutes les couches sociales sont présentes. Autant je comprends la mère de 5 enfants qui chipotent pour acheter 2 poêles pour 1 euro autant les bobos habillés en créateur du haut du crâne aux ongles des pieds et qui grimacent pour payer un top Mage 100% soie jamais porté 8 euros au lieu de 10 euros alors que sa valeur en magasin est de 195 euros (ok, c’est aussi du vol ce prix), ça me met un peu en rogne…

> Un ordre de prix de ce que j’ai vendu :
– Tops et pull de marque (Maje, Cos, Les petits Hauts) entre 5 et 8 euros.
– Foulards, sac à mains, entre 2 et 5 euros.
– Tampons encreurs et ailes de déguisement : 50 centimes de
– Collier fantaisie 3 euros.
– 1 euro les livres et CD.
Comme vous pouvez le constaster ça fait pas lourd. Le prix est divisé par 10 voire 20 quasi. Mon article vendu le plus cher est une paire de basket neuve à 13 €.

 

> Pas mal d’exposants sont cradingues : la mairie de Paris a mis à disposition des emplacements pour jeter ou donner nos déchets. Certains ont laissé des tas d’affaires sur le trottoir, pensant que les employés de la Mairie vont s’en occuper de toute façon. On se croirait à Calcutta sans blague ! J’espère que ce n’est pas les mêmes qui se plaignent que Paris est sale… Bref, ces exposant sont de grosses feignasses…

 

Bilan d’un vide-grenier sous la pluie : j’ai gagné 109,5 €

 

 

 

 

○ Informations ○


Tous les vide-greniers : https://vide-greniers.org/75-Paris
Celui de  Gambetta :
Prix : 30 euros les 2m² lin2aire
Inscription : Les inscriptions ont eu lieu dans un BEAR Café, bar-restaurant situé au 10, avenue du Père-Lachaise, Paris 20ème
(à deux pas du métro et de la place Gambetta)
Adresse : rue de la Chine, dans le 20e
Horaires : de 8h à 19h

 

 

Partages

Tu aimeras aussi...

Laisser un commentaire