Home de bord L’image de soi… tout un poème

L’image de soi… tout un poème

written by Glose 15 juin 2015
shooting-rock-01

 Je m’aime pas sur cette photo…

shooting-rock-09b
Je suis en colonie de vacances.
Je feuillette un Ok Podium où la cover est consacrée à Vanessa Paradis. Sur l’un des clichés, en cherchant bien j’ai un air de Paradis. Je m’en vante auprès de la monitrice. Ce à quoi elle me répond :
— « Ouais… avec 10 kilos en plus ».
#pédagogiebonjour.

 

Au fond de moi, je savais que je ne ressemblais pas à Vanessa mais peut être que je cherchais un petit mensonge pour flatter l’image mentale que j’avais de moi enfant.
Être photographiée est peut être une manière aujourd’hui – autre que de vouloir garder un beau souvenir, de figer le temps, de valoriser son égo ou de contribuer activement à l’œuvre d’un artiste – de percevoir concrètement cette image que j’ai façonnée de moi dans mon esprit, de la voir se matérialiser sous mes yeux.
D’autres traumas ont vu le jour depuis mais le dernier en date le voici.
Je me suis rendue à un shooting en studio avec 1h de retard, panne de réveil, 10 min pour me préparer. Bref, cheveux en bataille, le visage un peu bouffi, pas réveillée, 5 min pour rassembler des vêtements appropriés. 10 min de chaos dans mon appartement (une vraie tornade. Vous voyez Taz le diable de Tasmanie un des personnages des Looney Tunes ?). Donc au lieu de profiter des 2h de réservation du studio, nous n’avions eu qu’1h. Sur le coup, je trouvais que le résultat était réussi. Mais suite à la livraison de la série, j’eus une réaction épidermique : « C’est quoi ça ? C’est pas moi ? Cette fille est vulgaire, grosse. En plus, il n’y a pas de point de vue. La photo est plate« . Bon 2-3 photos sortaient du lot mais j’étais tellement abattue de me voir ainsi que j’ai assez mal réagi.
Je n’ai pas été tendre avec le photographe et plutôt transparente en ce qui concerne mon ressenti. Il m’avait demandé de montrer de l’exaspération, de la fatigue, de l’énervement lors des prises mais le résultat n’est pas concluant selon moi.
Pourtant son intention était très intéressante et originale :
« Le point de vue était de photographier la brutalité d’un sentiment de défiance envers la société des convenances, et un sentiment d’imperfection, et des fractures. Cette série vient principalement d’une réaction aux séries de portraits « Rock » d’Hedi Slimane, qui veut dépeindre la même chose mais avec des symboles qui pour moi relèvent de lieux communs (cigarette, bouche de travers, petite défonce bourgeoise) et un style « rock propre sur soi », « rock chic » qu’il exprime par des compositions classiques et des tirages léchés.  Je voulais retrouver tout cela dans des expressions – corps et visage – revenir à quelque chose de plus brut, sans faux semblant, « néo grunge » en quelque sorte. »
« J’ai sélectionné des photos qui contiennent des éléments anodins mais signifiants : par exemple, ton petit doigt qui s’enfonce légèrement dans la peau de ta poitrine, la mèche de cheveux qui vient détruire l’harmonie classique des gros plans sur la bague, l’opposition entre ton doigt blanc et ton orteil sous le collant. Quant à l’inspiration photographique, j’avais surtout en tête Peter Lindbergh, Bert Stern et Marylin et puis d’autres sont arrivés en cours de route, comme Baselitz pour les portraits tête en bas, mais il y a plein d’autres références cachées :). Pour les gros plans main / poitrine, l’apport du noir et blanc était de mettre l’accent sur ces craquelures de la bague en parallèle de la peau.« 
J’ai refusé que le photographe montre ou divulgue ses photos. Et puis je ne sais pas. Je ne sais pas ce qui m’a pris. Mon côté maso sans doute. Les voici ces photos dont j’ai barré certaines comme Marylin Monroe l’avait fait en 1962 sur les photos de Bert Stern pour indiquer celles à ne pas publier. Seulement mon trait est plus violent et radical : il s’assimile plus à un jet de sang projeté par un aérosol…
Une manière peut être d’exorciser ce que je considère comme « raté » ou de recréer une œuvre en délivrant un tout nouveau message …
Ah l’image de soi… un vrai champs de bataille intérieur…
 shooting-rock-01 shooting-rock-02 shooting-rock-03b shooting-rock-04 shooting-rock-05b shooting-rock-06b shooting-rock-07b shooting-rock-08bc  shooting-rock-10b shooting-rock-11b shooting-rock-12 shooting-rock-13b shooting-rock-14 shooting-rock-15 shooting-rock-16 shooting-rock-17d shooting-rock-18

 (C) : Photos Mathieu Schlegel

Partages

Tu aimeras aussi...

  • moi perso je les trouve très bien tes photos ! Et non tu n’es pas grosse ! tu m’as regardé oui ? (ouais, je sais on a les mêmes travers visiblement)

    • glose

      Oui je t’ai regardé et avec tous les macarons que tu t’enfiles, le mystère reste entier concernant ta ligne fine… (non mais vraiment comment tu fais ?)

  • cyberyoyo

    Tu as raison, certaines photos sont mieux que d’autres et on voit que tu étais fatiguée… Par contre, tu es grosse d’où ? 😉 Jolie, oui, pulpeuse, certainement, douée, assurément mais grosse… Il va falloir que tu te mettes à bosser sérieusement le sujet si tu veux y arriver, burger time 😉 Des bises

    • glose

      Pulpeuse alors 🙂

      • cyberyoyo

        Always pulpeuse 😉

  • nazca1

    et bien, moi qui te connais depuis longtemps et qui loue ta photogénie exceptionnelle -même à la dernière heure de la nuit avec comme unique ustensile photographique un appareil jetable- je ne trouve pas ces images réussies : à la fois dans la direction du model (manque d’expression, je ne vois pas la violence ou le dédain générationnel grunge qu’il souhaitait photographier), comme sur la qualité de la photo (noirs pas assez profonds, un grain moyen, cadrage parfois trop serré..; bon attention, ce n’est que mon ressenti)… mais bon… je pense qu’une heure était trop juste pour faire qqc de bien.. j’ai l’impression que le shoot s’est fait dans la précipitatoin à la fois pour toi comme pour le photographe.

    • glose

      Chouette d’avoir ton avis assez détaillé 🙂
      Oui c’était précipité mais je me demande si 1h de plus aurait changé quelque chose…

  • Mathieu Schlegel

    Pourquoi Glose ne se reconnait-elle pas ? Peut-être parce qu’au fond, cette femme en photo n’est pas tout à fait Glose…

    J’avais ce thème en tête depuis longtemps. Croquis des attitudes et des poses, éclairages étaient pensés ainsi. Il a simplement fallut composer avec les contraintes du studio. Concernant la technique, le cadrage, etc. C’est à 80% fait exprès. On peut critiquer, pas de problème !

    Cette série n’a pas pour but de séduire ou de heurter, juste traduire quelque chose qui était en moi et qui devait sortir. Glose m’a servi de modèle plutôt que moi lui servir de photographe et les images présentées renvoient à mes propres sentiments. J’ai exclus tous les clichés où l’attitude était trop « Glose ». Et ce qui est magnifique, c’est que Glose sait poser, c’est-à-dire qu’elle sait se laisser guider, et en plus elle sait créer autour du canevas que je lui donne. Ses attitudes correspondent à ce que je souhaitais, égoïstement.

    Et le plus important : nous nous sommes bien amusés !

    • glose

      « Je sais poser… » c’est gentil 🙂

  • Patrick

    Photographies sans relief. Technique/Lumiere mal maitrisée et post-traitement amateur.
    Même pas au niveau d’ok podium de l’époque.

    • glose

      ça c’est dit 🙂

  • Christophe

    Ton article est tellement VRAI qu’il zoome sur tout ce qui m’empèche de franchir le pas d’un studio photo… En tant que musicien, je préfère tomber sur une photo de moi live en concert pour partager mon image sur internet. Enfin je m’égare de l’essentiel peut-être. Je voulais surtout te dire que Glose d’hier n’avait rien à envier à la Vanessa d’OK Podium (si si j’ai vu une photo de toi jeunette sur Instagram il n’y a pas longtemps) et la Glose d’aujourd’hui dépasse largement les traits photoshopés de la Vanessa dernière version (si si j’ai aussi vu des photos de madame Paradis il n’y a pas longtemps et elle ne s’arrange pas vraiment avec l’âge). Enfin je trouve pour ma part que tes photos sont toujours réussies autant au niveau de la plastique que des émotions qu’elles véhiculent… Et bravo pour avoir publié certains clichés de toi que tu n’aimes pas. En plus d’un certain courage cela traduit une démarche créatrice non dénuée d’intérêt. Tout Glose quoi!

    • glose

      Non tu ne t’égares pas c’est intéressant de lire d’autres témoignages à propos de son image 🙂
      Merci pour tous ces compliments ça regonfle le moral dis donc 🙂
      Eh oui, je trouvais ça finalement assez « osé » me concernant de publier des photos que j’aime pas mais dans le cadre d’un exercice de style en étant détaché au final de cette image…