Home Blogging Les blogueuses… toutes des enfants de Sophie Calle ?

Les blogueuses… toutes des enfants de Sophie Calle ?

written by Glose 18 février 2015
glose-caviar-petrossian-07

La fiction biographique, vous connaissez ?

À ses débuts, ce blog avait pour baseline « Mise en scène de la vie quotidienne », un clin d’œil au livre d’Erving Goffmann mais aussi à l’œuvre d’une artiste contemporaine qui m’a conquise par son audace et son imaginaire : Sophie Calle. Une artiste brouilleuse de pistes dont l’ADN est de proposer d’autres formes d’art. 
Une révélation. Survenue en automne en 19…– bref au siècle dernier – sur les bancs froids et inconfortables de la fac de socio, quand j’insistais contre vent et marées à me coiffer de 2 couettes style Fifi Brindacier like pour relancer un style régressif (ou mon refus de grandir, au choix).

♦ Sophie Calle ♦

Sophie Calle se lance des « défis » insolites pour ériger une œuvre nouvelle et inédite dont les performances pour certains relèveraient plus d’un pari perdu entre amis… je pense.
Quelques exemples pêle-mêle : dans Suite vénitienne, Sophie décide de suivre un homme à la trace jusque dans les ruelles de Venise. (Photos et textes attestent de son travail). Dans La Filature, le jeu s’inverse : elle va payer un véritable détective privé pour qu’il la piste une journée entière, devant rendre un rapport illustré de photos sur son emploi du temps. À ses anniversaires, elle invite autant d’amis que d’années d’anniversaire, plus un inconnu. Un jour, elle trouve un carnet d’adresses et le renvoie à son proprio après l’avoir photographié. Elle interroge par la suite tous les amis de cet homme pour reconstituer sa personnalité. L’écrivain américain Paul Auster s’est servi de Sophie Calle pour constituer son héroïne : Maria Turner. Elle se contraindra par la suite à imiter Maria Turner selon les instructions de l’auteur. Par ex : elle mange de façon monochrome : le jeudi c’est vert, elle doit sourire quand elle est en colère. Elle se transforme dès lors en personnage de fiction.

Je me disais : « Cette femme est à la fois folle et géniale. Pas le genre à s’ennuyer dans la vie… Cette façon d’esthétiser et de transformer sa vie en œuvre… comme j’aimerais avoir le cran de faire de même« . Enfin, aujourd’hui à mon échelle, je photographie sous forme de tableau depuis des années mon « butin » (lors de soldes, grosse virée shopping, cadeaux anniversaires…) et surtout j’ai des rituels contraignants le jour de mon anniversaire qui se métamorphose de journée « plaisir » en parcours du combattant. Merci Sophie…  de m’insuffler de telles idées…

Grâce à elle, j’ai réalisé qu’on pouvait transformer sa vie en une activité artistique XXL, faire de sa vie une œuvre d’art. Même si il y a eu des précurseurs de la fiction biographique comme Christian Boltansky et Joseph Beuys, un artiste allemand controversé dont toute la vie est un mythe où il s’invente des histoires, c’est surtout son approche qui m’a touchée. Elle trouble l’intime en intégrant une dimension fictionnelle qui devient réel, crée des passerelles, fusionne fiction et réalité. Elle met dès lors sa vie en scène sur un mode autobiographique et selon des règles précises qu’elle matérialise sous la forme d’installations, de photographies, de récits, de vidéos et de films.

 

♦ Moi, blogueuse… ♦

Et qu’est-ce que je traficote sur mon blog à travers mes photos et mes récits ? Une sorte de fiction biographique… où j’arrange la vérité, me crée un personnage mi-réel mi-fictif, publie des photos à caractère plus artistique qu’un vrai reflet de la réalité. Je pensais être unique dans ma démarche, par exemple, en associant des billets « look » avec une narration à la fois idoine et décalée, les images et le texte résonnant faisant corps ensemble. Mais en substance, une grande partie des blogueuses qui vous livre leur quotidien en 2.0, l’arrange, le rende beau, le transcende. Bref, le mette en scène, apportant une touche d’art à leur vie quotidienne. A chaque blog son style, les formes sont multiples…
Et je réalise qu’à l’instar d’un Monsieur Jourdain avec sa prose, nous produisons de la fiction biographique à notre manière sans le savoir. Le blog devient un espace où se tissent des liens entre fiction et réalité, de sorte à se constituer une grande œuvre biographique à un instant « T » étalée sur des années…

Et pour exemple, je vous livre ma version de l’apéro du dimanche par terre, avec du caviar, tranquillou doudou…

 

 

♦ Un dimanche ouaté et caviardé ♦

glose-caviar-petrossian-00bis

glose-caviar-petrossian-03

glose-caviar-petrossian-05

glose-caviar-petrossian-07 glose-caviar-petrossian-08

glose-caviar-petrossian-09

glose-caviar-petrossian-10

glose-caviar-petrossian-11

glose-caviar-petrossian-12

glose-caviar-petrossian-13

glose-caviar-petrossian-14

glose-caviar-petrossian-15

glose-caviar-petrossian-16

glose-caviar-petrossian-17

glose-caviar-petrossian-18

glose-caviar-petrossian-19

glose-caviar-petrossian-20

glose-caviar-petrossian-21

glose-caviar-petrossian-22

glose-caviar-petrossian-24

 

Elle est belle ma vie, hein ?
Enfin ma mise en scène de vie…

Partages

Tu aimeras aussi...

  • Sheily Parisienne

    La blogueuse est une actrice 😉 !

  • cyberyoyo

    Always beautiful, ça donne envie d’être Dimanche 🙂

  • Bouchine

    Très jolie analyse et superbes photos! Bravo !
    Et je profite pour demander à tout le monde de venir me laisser un petit commentaire (même tout petit genre « mono mot »☺️Vu qu’il me faut un taux de visite en