Home Mon journal La presse féminine papier : a-t-elle encore sa place ?

La presse féminine papier : a-t-elle encore sa place ?

written by Glose 10 octobre 2012
une-presse

Quand on y réfléchit bien, elle est un peu d’un autre âge…

Que les ventes de la presse papier déclinent au profit des lectures digitales est une évidence.
Que la presse soit étroitement dépendante des annonceurs… c’est un fait. Pour ressembler à cette femme sublime de la pub page 47 ou du dossier beauté « Kill ta graisse« , suffit de consommer les produits des marques de la page 47 mais aussi des pages 2,3, 4,5,6,7,8,13,14, 15 1 6, 22, 26, 30…
Qu’elle soit axée à 90% sur la beauté, l’apparence, le look vestimentaire et mette en scène un idéal féminin à des années-lumière de l’image de ses lectrices, je n’apprends rien à personne.
Que depuis une petite décennie la montée en force des blogueurs(euses), ces voix plus « authentiques » proches des préoccupations du commun des mortels et non issues d’un moule professionnel, est avéré. Les plus talentueux hissés sur un piédestal et hyper likés, followés et « pinnés », voient leurs posts acquérir autant – voire plus – de légitimité que les papelards d’un journaliste.
Qu’elle ait perdue un souffle féministe en échange de celui de la « pouffette » est une réalité. On compare les tenues, on les note, on conseille sur comment porter le jaune-pisse, à avoir du style avec un balai… bon… effet de mode oblige aussi ou tout simplement évolutions des mentalités. La chair et les chiffons comptent bien plus que les idées. Aujourd’hui, tout va mieux pour les femmes de toute façon, hein ! Fini le temps des Françoise Giroud féministe avertie aux commandes du magazine Elle et ÇA bien sûr :

Du moins… un doute s’installe quand le magazine « Elle » annonce que « La pipe est le ciment du couple« . Y a de quoi hérisser nos poils en pleine repousse…

Photo : http://www.elle.fr/Love-Sexe/Sexualite/Dossiers/La-fellation-le-ciment-du-couple-2120880

Je ne leur reproche pas leur titre racoleur. Je suis même assez preneuse des titres provoc’ avec un contenu digne d’intérêt. Partant du principe que « La fellation contribue à apaiser les choses, parfois même à dénouer des conflits », les témoignages sont plutôt pathétiques :

Elise, 30 ans : « Après la naissance de notre deuxième enfant, j’ai senti que Philippe s’éloignait, il se demandait s’il m’aimait encore, si l’on devait rester ensemble ou pas. J’ai eu l’idée de lui faire une fellation tous les deux jours pendant deux mois, entre 9 et 10 heures du soir. Je m’y suis tenue méthodiquement. Un homme refusant rarement ce genre de proposition, ça a marché. »

Julie, 35 ans, : « No pipe si j’ai un truc à lui faire payer : petite dernière oubliée à la crèche ou tas de linge s’accumulant. Mais fellation à volonté si j’ai besoin de me faire pardonner quelque chose ou de l’amadouer, pour qu’il garde les enfants quand je pars en séminaire ! »

Un peu simpliste et très réducteur cette manière d’envisager la pipe et de « retenir » un homme juste par la « suçothérapie » ou en s’imaginant qu’on « les tient par les couilles ». Non mais franchement, si ça va pas avec votre mec, qu’il se demande ce qu’il fait avec vous ou qu’il fout rien à la maison, mais quittez-le bon sang au lieu de le sucer ! Vous n’avez pas l’impression que le mag fait passer les nanas pour des nunuches à gorge profonde ? Limite « machiste » le « Elle »… Françoise doit se retourner dans sa tombe…

 

Réinventer le magazine féminin

D’où ma question : « la presse féminine ne serait-elle pas d’un autre âge ? »
Ces mag’ parlent peut-être plus aux rêves et envies d’une ancienne génération ou celle dont les femmes rêvent de devenir une princesse au foyer qui dépouille leur vache à lait qui leur fait office de prince. Mais pour ce qui est des générations suivantes ? Gros point d’interrogation.
Perso, je m’en contrefiche de la rivalité entre Royal et Trierweiler et qui était la mieux lookée à l’Elysée entre Michelel O. et Carla B. (bon de temps en temps, why not…). À l’image d’un magazine comme « Femme Actuelle » – qui devrait revoir son titre en passant– d’autres commencent à montrer des signes d’une époque révolue…
Les idéaux et profils des jeunes femmes ont bien changé. Et ça, les magazines féminins papiers ne l’ont pas tous compris.Alors que sur la webosphère, vous avez une toute autre réalité.
Les femmes ne sont pas si « cruches » comme le laisseraient entendre les magazines féminins qui les décrivent comme des hystériques, un peu cul-cul, addict à leur plastique et leur performance sexuelle. Comme pour s’excuser d’avoir un cerveau, il faut aussi montrer leur côté « Bridget Jones », limite névrotique et maladroite à tout bout de champ. Pour rassurer les mecs de leur supériorité ? (les mag masculins sont quand mêmes moins tartes) Je suis même pas sûre que ça les rassure…
Bref, j’ai beaucoup de mal à me reconnaître dans cette presse. Seul « Grazia » sort son épingle du jeu avec des papiers plus en proie avec une certaine réalité sociale (trentenaire lolitas, génération Y, les slashers…).
Je mets de côté les titres de presse féminine qui donnent plus dans la photo et me font penser à un catalogue d’art moderne : entre les belles photos des nanas-aux-non-courbes et celles over-photoshopées, on est plus dans la catégorie « œuvre d’art » que « réalité vraie ». Même si cette manie à métamorphoser la femme créent des frustrations et troubles qui font naître des émissions prodigieuses du type « Belle toute nue »…

Le changement… c’est pas maintenant ???

Perso, je rêve d’un magazine à la fois un peu engagé mais pas trop, honnête, pas prise de tête ni arrogant, un peu trash mais pas guimauve, avec sa dose de girlitude et de sexy, vend un peu de rêve mais pas que. Qu’il m’informe de la sortie de produits et objets mais pas que inabordables, direct vendus sur le marché de l’art, en prototype ou en édition limitée. Qui ne répète pas ce que j’ai déjà vu 5 fois sur les covers de leurs concurrents. Filles et femmes d’aujourd’hui ne s’intéressent pas qu’à la longueur de leur jupe, ni à leurs bourrelets mais aussi à un peu d’high tech, de DIY, de culture geek (mèmes et tumblr du mois), conseil bricolage (il y a de plus en plus de femmes seules qui retapent leur apart en mode solo. Y a qu’à faire un tour chez Leroy Merlin pour checker…), un peu de langue de pute (comme l’instant putassier, ou d’instants vérités) de bisounours (chats mignons du jour) et qui proposent de vrais sujets de société. Exemple : le 1er bar à masturbation féminine ouvre ses portes et de vraies interrogations et Le mariage fait-il de nous des putes ?
Et surtout jamais de vulgarité… aucune.
Un magazine qui engagerait des plumes plus aiguisées, sans complexe et sans langue de bois comme : Daria Marx, Elixie, Peggy Sastre, Maïa Mazaurette, Klaire fait grr, Titiou Lecoq, etc.
Un croisé entre Grazia, le Canard Enchaîné et une bonne dose de « lol » serait pas mal. Il y aura toujours du luxe et des bombes de nénettes photoshopées dans les magazines mais point trop n’en faut. De la mode oui, mais aussi celle des nanas moins conventionnelles et tout aussi créatives : 

 

 

3 photos tirées de l’exquis : heyDickface.com

 

Mais tout n’est pas noir…
Des nouveaux titres qui font plus qu’émerger insufflent un ton plus rafraîchissant et salutaire. Citons les magazines « Causette » (« Plus féminine du cerveau que du capiton » (sic)) et « Néon » (mais plus mixte que féminin, tendance swag ). Seront-ils suivis par d’autres ?

Alors ? La presse féminine papier : a-t-elle encore sa place ? Apparemment oui… quand même… car si ces titres résistent, c’est qu’ils se vendent. Ben oui 🙂
D’où ma question : c’est parce que vous n’avez rien d’autre à lire ? Besoin de papier journaux pour les travaux ? Pour coincer une table bancale ? Faire des piles à l’image des colonnes de Buren ? Ou parce qu’ils vous plaisent vraiment ?

 

——————————-

Photo de Une : (c)Glose : prise sous mon lit…

Partages

Tu aimeras aussi...

  • Ophélie Blibli

    Bel article ! Et, d’ailleurs, là tout de suite sur mon bureau au boulot sont réunis Causette et Néon, ensemble dans l’adversité (avec progression nette des ventes de Causette par rapport au reste de la presse, c’est marqué sur la dernière page !) et sur ma table de chevet, le dernier livre de Maïa Mazaurette est du plus bel effet…

    • Glose

      Bien bien… je vois qu’on partage les mêmes lectures 😉

      • Cameron Alister

        Je découvre grâce à cte article de nouveaux magazine  MErci lol. Concernant l’avenir du magazine féminin, j’aurais tendance à imaginer une sorte de magazine remplis d’articles issue de différents blogs car il est vrai que le côté palpable est pour ma part ce qui me pousse à préférer avoir le magazine entre les mains que de  lire sa version e-book …

  • bien dit tout ça !
    allez et si j’essayais Causette ? 

  • Hedacoum

    Je suis à 100% d’accord avec toi, les magazines féminins nous prennent vraiment pour des abruties finies, des femmes soumises à leur mec, à la mode, au regard des autres, des femmes faibles, sans libre arbitre ni droit de pensée divergent. Ce sont de vrais torchons, et devraient être gratuits vu la piètre qualité des articles (des nouveautés en retard de 3 mois généralement, des conseils de pseudo psychologues ou « experts »…) et la quantité de publicités (une page sur deux pour ELLE…) dont on se demande vraiment pour qui elles sont destinées (je sais pas vous, mais c’est pas chez Versace ou Mauboussin que je dépense mon smic, moi).
    Bref, ça sauvera beaucoup d’arbres et beaucoup de cerveaux si la presse féminine de ce genre venait à disparaître…

  • Je ne suis pas vraiment d’accord avec toi. La plupart des féminins traitent aussi d’actualités et de sujets politiques. Le ELLE n’est pas que « mode ». Et ils peuvent servir à rêver grâce à leurs images. 

  • Lapetitebulledelo

    Je suis à la fois d’accord avec toi et à la fois pas du tout. certes l’article de Elle et les extraits que tu montres est affligeant mais ce n’est pas le cas dans tous les magazines 🙂 D’ailleurs  Elle est le magazine qui fait le plus souvent des articles du genre :s
    Mais comme tu le dis, les sélections shopping sont souvent exhorbitantes et flirtent plus avec la tendance qu’avec le style: mais après ce peut être des inspirations, pour trouver des ersatz ailleurs 🙂 Les articles sont parfois trop girly mais ce sont des féminins donc… Et puis ils traitent aussi d’articles de société, de politique!
    Et puis, je ne pense pas que le blog remplace le magazine mais qu’ils sont complémentaires: une blogueuse n’a pas les années d’études d’une journaliste mais peut bénéficier d’une plus grande proximité avec son lectorat. 
    Toutefois, Néon est cool, en effet 🙂 bonne soirée! 

  • Glose

     @ddf181081b61000c23b5c05becd6e2bc:disqus  : oui c’est vrai… quelques papiers d’actus et histoire de faire preuve d’un minimum de conscience (j’avoue que j’aime bien les papiers société de Marie-Claire très complets d’ailleurs). Mais si tu regardes les couv’, que mettent-ils en avant ce mois-ci : « love detox j’ai résisté à un bad boy » » sexe : « je lui dis, je lui dis pas ? » « Là il me faut un mec » (cosmo) – « la fessée c’est branchée » (glamour) « les femmes qui réussissent sont-elles plus sexy ? » et « pourquoi vous ne maigrissez pas ? »(Marie-Claire). Bref, toujours les mêmes sujets qui reviennent chaque année (ah la minceur…)
    En encore, c’est moins les titres qui me gênent que le contenu. Si ce dernier était encore original, pas cliché et pas repris des mois derniers… C’est souvent du recyclage 🙂
    C’est pas la situation de la femme Afghane qui va faire vendre…
    Pour ce qui est du rêve, dans mon papier j’ai dit qu’il en fallait aussi 🙂
    Après c’est une question de goût. Je préfère les papiers de Néon : c’est drôle, bien traité, point de vue intelligent tout en ayant des thématiques quelquesfois similaires à ceux cités plus haut…
    @0ff434e21db39211fb98e9e67a4c71a8:disqus je dis pas qu’il faut tout jeter dans la presse féminine… faut la réinventer. J’aime quand même un peu la mode, j’ai un coté girly, mais j’aime pas qu’on me prenne pour une fille culcul. Si un mag pouvait démontrer qu’une fille sexy pouvait aussi débattre de sujets spirituels, mixtes et pas que ceux taxés ‘filles »… ce serait bonheur !
    Pour les blogs, je n’ai jamais dit qu’ils remplaceront les magazines. Ce sont des « voix » en plus, plus proches de nos occupations et assez souvent désintéressés. Donc complémentaires comme tu écris !
    Après, y a des blogueurs qui ont bien 5 années d’étude et des journalistes avec carte de presse qui n’ont jamais fait d’école de journalisme ou qui ont un bac2 ou 3…(j’en connais..)

  • Pingback: Nouveauté - Lancement d'un féminin : Bisou magazine - Glose()