Accueil Mon journal[En]Joy Épilation du maillot ? Entre douleur et plaisir…

Épilation du maillot ? Entre douleur et plaisir…

by Glose

 

Qui a dit que l’épilation pubienne n’était pas une partie de plaisir ?

Bercée par les hymnes d’une mère adepte de la touffe, j’ai résisté farouchement pendant 3 décennies aux chants des « sireneaux« 1 adeptes du minou glabre. Jusqu’à ce jour de l’an 2012. Et quel bien m’en a pris. Si l’épilation de la foufoune est vue comme une contrainte de la condition féminine moderne et la énième preuve de la domination masculine véhiculée par le porno, c’est aussi un bon moyen de satisfaire une certaine tendance masochiste inhérente à chacun. Suffit juste de tomber sur une esthéticienne néophyte.
Je m’explique…

Pour éradiquer les poils, vous avez le choix.
Au menu :
> le maillot classique (pour les feignasses qui suivent le tracé du slip)
> le ticket de métro (pour se muer en bande d’autoroute : suivez le chemin, c’est tout droit l’entrée…)
> le personnalisé (artistes bienvenus et en avant les étoiles, fleurs, cœurs poilus, etc.)
> le brésilien (signalisation n°2 : on passe du rectangle au triangle…)
> l’intégrale (faut-il vraiment faire un dessin ?)

Une fois la coupe choisie, tu te retrouves vêtue de tes socquettes, le sexe à l’air et les jambes nues imitant la position de la grenouille. L’esthéticienne tente de te détendre sous une pluie de mots insignifiants pour déposer les premières bandes chaudes et collantes qu’elle retire ensuite sauvagement. Dès lors, tu gémis et lui balances des borborygmes incompréhensibles. Le supplice ne faisant que débuter. Moi, Joy M., 31 ans, candidate à ma 1ere épilation suis invitée à serrer les dents avec un bâton dans la bouche. Une invitation au supplice érotique japonais ? Sans doute…

En sueur, le bas-ventre dépouillé, ma « coiffeuse » s’attaque ensuite aux rebords des lèvres. C’est ici précisément que le plaisir entre en jeu. L’esthéticienne décomplexée ou ayant loupé le cours « pas-touche-au-clito-on-a-dit« ,  tripote mon « minou » sous une douce mélodie de chants d’oiseaux, typique des ascenseurs ou autres magasins bobo-écolo. Ben oui… là comme ça, comme si de rien n’était, on plaque une bande de cire et au passage on fait une halte sur le berlingot, ni vu ni connu.
J’hésite limite à couiner comme le patient du docteur Maboule…

 

Mais de là découle deux attitudes :

– Soit on reste choquée par ces attouchements impromptus, oubliant l’extraction douloureuse de la bande de cire.
– Soit on est trop bien élevée pour oser manifester sa contrariété. Et avec un minimum d’abandon et de laisser-aller, on arrive même à être ravie de ce bonus : la douleur lancinante fait place à une curieuse excitation. Coincée entre un sentiment proche de la colère et la curiosité suscitée par la torture et ce nouvel émoi sexuel, vous fusillez d’un œil interrogateur votre ‘triffouilleuse’ qui continue d’écarter les lèvres tout en effleurant le clitoris, histoire de voir si elle est bien consciente de ses actes. Secouée d’émotions vives et contradictoires, vous finissez par vous concentrer sur les vagues de plaisir qui s’échelonnent tout en vous demandant si vous n’allez pas finir la séance chez vous par une session 100% hand made

Puis vous êtes éjectée brusquement de vos vapeurs par un tonitruant :

Je vous fais le derrière ?

Pardon ?! Dis-je

Oui les fesses. Vous voulez ?

Un ange passe. Deux puis trois. Une nuée.
Avant de comprendre que non , elle n’en veut pas à votre délicate rosette, seulement…  vos poils.

Oui… on s’est bien compris. Je pense…

 

 

Retrouvez le personnage « Joy »
dans le roman « Conte de nuits parisiennes »

site roman

 

Photo du « chat » prise dans Magazine « Néon », juin-juillet, n°2.

1 : néologisme : homme sirène…

Tu aimeras aussi...

5 commentaires

Colinette 24 septembre 2012 - 15 h 32 min

Moi qui voulait sauter le cap en allant chez l’esthéticienne, je ne suis plus très sûre…

Répondre
Glose 24 septembre 2012 - 17 h 42 min

@colinette:twitter Je te rassure…  Bon ok, la première fois, ça fait hyper mal, mais on tombe pas forcément sur une débutante ni sur une chatouilleuse de clito 😉

Répondre
Pour ou contre l'épilation masculine ? Donnez votre avis ! -Glose 22 octobre 2012 - 11 h 06 min

[…] NB 1: aucun poil n’a été maltraité pendant la séance photos avec Jason à la Toison d’Or… NB2  : une pure coïncidence que  la thématique du débat porte sur l’épilation suite au billet sur l’épilation du maillot… […]

Répondre
hell62 24 octobre 2012 - 20 h 31 min

cc ahhhhhhhhhhhhh
c est drole parce que ttes mes copines qui ne s épilent pas le maillot chez l esthéticienne disent ahhhsi je devais le faire ce serait intégrale ah ah les laches bon  moi je suis au micro ticket de métro lol

Répondre
Femmes d'aujourd'hui et leur corps : leurs conditions en 2018 7 juin 2018 - 16 h 42 min

[…] actrices et mannequins ont affichés fièrement leurs poils sous leurs bras. Eh oui…  une femme doit s’épiler, ne pas être trop maquillée (sinon elle est provocante), avoir plutôt une taille fine, porter un […]

Répondre

Laisser un commentaire